Une autre politique pour l’ESS est-elle possible ?

Economie Sociale
> Une autre politique pour l’ESS est-elle possible ?

Publié le lundi 20 janvier 2014

La question du périmètre de l’économie sociale et solidaire est, depuis vingt ans, une tarte à la crème que l’on aime resservir. Le jeu du qui est in, qui est out, en même temps qu’il nourrit les quêtes identitaires, fournit nombre d’énigmes insolubles et amusantes : pourquoi les comités d’entreprise ne sont-ils jamais cités comme parties prenantes de l’ESS ? Pourquoi Henry Ford ou Édouard Leclerc ne sont-ils pas considérés comme des entrepreneurs sociaux ? Etc.

Si la «  catégorie de pensée ESS  » est difficile à appréhender, c’est qu’on prétend lui déterminer un contour objectif. C’est nier que toute taxinomie repose sur une approche et des choix arbitraires. Or, comme son nom l’indique, l’économie sociale ET solidaire a refusé de choisir et n’assume aucune des divergences idéologiques qui la traversent.

Faisons preuve de malice : si l’ESS existe, n’est-ce pas justement pour refouler la question de l’idéologie, du projet politique qui devrait normalement se loger au cœur de toute initiative associative, coopérative ou mutualiste ? Sous l’étiquette ESS, tout devient tellement plus humaniste, moins subversif, moins radical.


Voir en ligne : L’Humanité du 07/01/14 par Anne-Laure Desgris et Stéphane Veyer, La Manufacture Coopérative

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux