3 questions à Jean-François Taïeb, Dirigeant de ComparEthic, Membre fondateur de MèTIS, fonds de dotation

ComparEthic
> 3 questions à Jean-François Taïeb, Dirigeant de ComparEthic, Membre fondateur de MèTIS, fonds de dotation

Publié le jeudi 3 avril 2014

Note de l'article

Ressources Solidaires : Vous dirigez MèTIS, Fonds de dotation à but non lucratif, qui a pour objectif de financer des associations, grâce aux fruits du comparateur de mutuelles santé solidaires ComparEthic. Comment vous est venue cette idée et comment cela fonctionne t il ?

Jean François Taïeb : J’ai passé presque 25 ans à conseiller les structures de la Protection Sociale en tant que Partner d’un grand Cabinet de conseils anglo-saxon. Ma spécificité étant (déjà !) de ne vouloir intervenir qu’au sein des structures à But Non Lucratif : Institutions de Prévoyance, Caisses de Retraite et Mutuelles (les vraies !). J’ai piloté les plus grand projets de transformation de ce secteur lors de ces dernières années. Et je constatais, irrémédiablement, que, malgré les valeurs portées par ces structures, elles se faisaient "grignoter" par les assureurs à But Lucratif. Ce qui m’a semblé aberrant compte tenu de la structure de coût des uns et des autres. Seuls la publicité et le détournement des valeurs opérés par ces groupes à But Lucratif me semblent justifier cette érosion au préjudice des "vraies" mutuelles.

L’objectif de notre projet est d’abord politique : remettre les valeurs au centre du débat et expliquer qu’il n’est pas indifférent de choisir un assureur à but lucratif qui va utiliser l’argent des cotisations pour rémunérer les actionnaires, les rémunérations délirantes des dirigeants et faire financer les nouveaux adhérents par les anciens (les promotions "offrant" jusqu’à 2 mois de cotisations.... il faut bien que quelqu’un paie ces 2 mois... et ce sont les anciens adhérents...) ou bien de choisir un assureur à But Non Lucratif, éthique et solidaire, dont la gouvernance est assurée par les adhérents eux-mêmes (principes mutualistes).

Mais défendre ce positionnement n’a de sens que si, nous-même, nous ancrons nos structures dans un fonctionnement éthique et solidaire ! Sinon, ce n’est qu’un nouvel artifice marketing de plus...

C’est pourquoi l’outil développé est la propriété inaliénable d’un Fonds de dotation : MèTIS. Cet outil, de par sa construction et par ses règles d’utilisation est lui-même éthique et solidaire : Alors que TOUS les autres comparateurs ont du et doivent encore modifier leurs modes de fonctionnement pour respecter les recommandations de Que Choisir, du CCSF et les nouvelles obligations de la loi Hamon (présenter des "restes à charge" aux internautes), nous n’avons effectué AUCUNE modification sur l’outil ! A titre d’exemple, ComparEthic propose plus de 330 "restes à charge" et ce depuis l’origine de sa construction !

De fait, c’est donc MèTIS qui récolte les fruits de l’exploitation économique de l’outil. MèTIS, fonds de dotation est à But Non Lucratif et se doit de consacrer la totalité de ses ressources financières à des missions d’intérêt général. MèTIS a donc décider de FINANCER les associations ayant un ancrage territorial et créant des emplois sur le territoire français. Quel que soit le domaine d’intervention de ces associations. Le financement prend deux formes :
- 25% du CA généré par l’utilisation de l’outil est DIRECTEMENT reversé aux associations partenaires,
- le solde des résultats économiques est versé à MèTIS qui finance les projets de ces mêmes associations.

Nos prévisions montrent que dès 10 millions d’euros d’activité économique, 62% sont reversés à l’ESS (pour information, les plus gros comparateurs font 40 à 50 millions d’euro de CA...). A 40 millions d’euros de CA, ce serait plus de 75% des sommes qui seraient redistribuées.

Ressources Solidaires : C’est à dire qu’avec un outil classique de comparaison entre produits d’assurance, on peut financer des projets avec du sens. C’est intéressant vu le contexte actuel. D’un besoin individuel exprimé, vous avez pensé un outil collectif de solidarité, de la vraie économie sociale en quelque sorte. Comment s’inscrit on dans la démarche quand on est une mutuelle santé ? Jouent elles bien le jeu de cette solidarité simple et positive pour leur image ?

Jean François Taïeb : Pour une mutuelle, la prise de décision est difficile et ce pour une double raison :
- le mode de fonctionnement même de la démocratie mutualiste implique un temps de décision long. Dans une compagnie d’assurance à But Lucratif, il y a un point de décision et toute la structure s’exécute. Dans le monde mutualiste, consensuel par construction, les délais n’ont rien à voir... c’est la rançon d’un réel mode de fonctionnement démocratique et il faut l’accepter.
- d’autre part, les mutuelles sont, philosophiquement, non intermédiées. Cela signifie que dans le mode de construction historique d’une mutuelle, déléguer son recrutement d’adhérents pose de vrais problèmes de valeurs. Il nous faut expliquer et expliquer encore notre modèle pour les convaincre du projet politique que nous portons. Ce qui aide dans notre démarche est que ce sont les Mutuelles adhérentes et les associations qui nous soutiennent qui sont membres de MèTIS et donc, de fait, co-propriétaire de l’outil ! Et le mode de fonctionnement même de nos structures est en ligne avec ces valeurs.

Économiquement, nous n’avons pas de freins à l’entrée des mutuelles : nos prix sont dérisoires par rapport aux autres comparateurs : de 3 à 20 fois moins chers. Cela est parfaitement normal puisque notre objectif n’est pas de maximiser notre "profit" mais de permettre à TOUTES les mutuelles de nous rejoindre (sans barrière économique, donc) et donc, à terme, de renverser la tendance actuelle et permettre aux citoyens de revenir vers une protection sociale à But Non Lucratif.

Elles nous opposent parfois la notion de "cannibalisme" entres elles du fait de la notion même de comparateur. Mais si nous avons bien repris le nom de "comparateur", nous démontrons aisément que nous sommes plutôt une "boussole" pour les internautes par les modes de fonctionnement même de notre outil, une fois de plus éthiques et solidaires vis à vis des mutuelles elles mêmes ! Par exemple, nous proposons 5 offres et 5 offres seulement à chaque internaute en fonction exclusivement de critères objectifs (situation familiale, lieu de résidence, ...). Ces 5 offres sont celles les plus proches du budget qu’il a lui-même renseigné ! Et la présentation se fait en colonne afin de ne pas "insinuer" un classement entre les offres. Nous encourageons les internautes à entrer dans le détail des offres et à sélectionner les services éthiques et solidaires les plus adaptés à chaque situation personnelle. Etc...

Ressources Solidaires : Le monde de comparateur d’assurances est un monde difficile, concurrentiel, peu apprécié par les assureurs, même si ils en ont besoin maintenant, avec la dominance d’internet. Comment l’ESS peut elle s’emparer de cet outil au service de tous ? Quels acteurs peuvent être de bons relais pour promouvoir l’outil, ses résultats, ses finalités ?

Jean François Taïeb : Il appartient à l’ESS de se saisir des outils que nous mettons à sa disposition. Il y a 1 million d’associations en France et la quasi totalité est éligible à MèTIS et donc aux modes de financement proposés.

Le partenariat est simplissime : Nous offrons à chaque association partenaire un espace de présentation non limitée en taille et la présence de son logo sur notre "home page" (écran d’accueil des internautes).

En échange nous demandons un engagement minimum : la simple présence de notre existence sur la "home page" de nos partenaires associatifs.

Pourquoi avons nous une exigence aussi basse ?

- Tout simplement parce que nous pensons que les associations verront d’elles mêmes l’intérêt à communiquer sur le projet politique MèTIS. Puisque le financement direct (première forme de financement) de l’association est largement lié (mais pas totalement) au nombre d’internautes qui parrainent l’association.... (chaque internaute est fortement encouragé à parrainer une association et les internautes qui viennent directement du site d’une association parrainent automatiquement cette association)
- Parce que nous croyons que c’est le partage d’une vision politique qui est importante et que c’est aux associations elles-même de décider de la nature et de la profondeur du partenariat. Dans la durée, puisque chaque association partenaire est membre de MèTIS, fonds de dotation, l’intérêt de développer la promotion du projet politique deviendra évidente.

En savoir plus sur ComparEthic et MèTIS ?

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

1 vote
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux