Crédit en étant étudiant : bien choisir son prêt pour financer ses études

L’entrée dans la vie étudiante marque le début d’un nouveau chapitre et celui-ci est bien souvent synonyme de prises de décision. C’est le moment où l’on choisit une orientation professionnelle, un parcours universitaire ou un établissement d’enseignement supérieur, un diplôme, une carrière. Dans certains cas, on quitte le foyer et on change de ville. On se retrouve alors à chercher son premier loyer, à faire ses courses et à se déplacer par ses propres moyens.

Bref, c’est l’entrée dans le monde adulte ! Bien que l’indépendance qui en découle ait un air de liberté très agréable, celle-ci s’accompagne aussi d’obligations. Comme vous le savez, la vie étudiante est aussi synonyme de dépenses. Et pour beaucoup de familles, le crédit étudiant est la seule alternative qui permette d’y faire face.

Comment obtenir un crédit étudiant ?

Le crédit étudiant n’est rien d’autre qu’un prêt à la consommation un peu particulier. Les offres sont nombreuses et comme nous le verrons, souvent avantageuses. Mais la plupart du temps, rentrée scolaire rime avec course contre la montre ! Entre l’inscription, la recherche d’un loyer, un éventuel déménagement et l’euphorie du moment, on a tendance à vite se retrouver surmené. C’est pourquoi dans cet article, nous détaillons clairement tout ce que vous avez besoin de savoir pour commencer sereinement vos recherches de crédit étudiant.

Qu’est-ce que le crédit étudiant ?

Comme je vous le disais, le crédit étudiant est un simple prêt à la consommation. Sa principale particularité est qu’il s’adresse à des clients qui ne sont pas encore rentrés dans la vie active. A ce titre, la somme empruntée est généralement utilisée pour subvenir aux besoins quotidien de l’emprunteur pendant ses études. Ainsi, le crédit étudiant est un peu particulier car il est spécialement pensé pour des jeunes adultes. Comme vous allez le voir, autant ses conditions d’éligibilité que ses conditions de remboursement diffèrent de la plupart des crédits à la consommation.

Les conditions d’éligibilité.

Sans surprises, le crédit étudiant est réservé aux personnes qui ont le statut d’étudiant. La banque vous demandera de prouver votre inscription dans un établissement de l’enseignement supérieur. C’est à dire, dans une université, une école privée, un BTS ou un IUT.  Pour cela, il vous suffira de demander une certificat de scolarité auprès de l’administration en question. Autrement, vous pourrez également présenter une photocopie de votre carte étudiant.

Bien que la plupart des cursus soient ouverts à tous les âges, le crédit étudiant est réservé aux jeunes qui ont entre 18 ans et 28 ans. Toutefois, certaines banques acceptent sous certaines conditions les mineurs âgés d’au moins 16 ans et les étudiants jusqu’à 30 ans. Mais passée la trentaine, il n’existe aucun crédit étudiant et vous devrez vous rabattre sur un prêt à la consommation traditionnel.

Comme vous le savez certainement, les conditions d’octroie des prêts sont réglementés par la loi. En ce sens, l’endettement ne peut dépasser les 33% du revenus mensuel de l’emprunteur. Mais dans le cas particulier du crédit étudiant, cette condition ne s’applique bien évidemment pas ! Toutefois, les banques exigent une caution parentale. C’est à dire que c’est le revenu des parents qui est prit en compte. Cela permet à la banque de s’assurer un remboursement du prêt en cas de défaillance de l’emprunteur. Notez que dans certains cas les banques acceptent un autre membre de la famille comme garant.

Enfin, contrairement à la plupart des prêts à la consommation, le crédit étudiant est un prêt non-affecté. C’est à dire que vous n’êtes pas obligé de justifier l’emploie de la somme prêtée. Vous pouvez aussi bien vous en servir pour payer les frais d’inscription d’une école privée que pour vous acheter un véhicule.

Les modalités de remboursement.

A ce niveau là aussi, le crédit étudiant est un peu particulier. Il prend en compte le fait que l’étudiant ne perçoive aucun revenu pendant plusieurs années. C’est pour cela que la plupart des banques proposent le système de remboursement différé. Cela permet à l’emprunteur de rembourser son prêt une fois ces études terminées, c’est à dire lorsqu’il est susceptible de percevoir un salaire. En ce sens, le remboursement du crédit étudiant se décompose en deux étapes :

  1. La phase différée : celle-ci s’étale entre 2 et 6 ans, selon la durée de vos études. Pendant cette période, vous avez deux options. Soit vous remboursez les intérêts mensuel, soit vous ne remboursez rien du tout.
  2. La phase d’amortissement : elle commence à la fin de vos études. Si vous aviez opté pour payer vos intérêts pendant la phase différée, alors il ne vous reste plus qu’à rembourser la somme que vous avez emprunté. Dans le cas contraire, vous devrez rembourser l’intégralité du montant du prêt.

Par ailleurs, le remboursement du crédit étudiant est soumis à quelques autres particularités :

  • Vous pouvez généralement rembourser votre prêt de manière anticipée, sans frais.
  • Dans certains cas, vous pouvez prolonger la durée de remboursement sur 4 à 7 années supplémentaires.
  • Les échéances sont rarement échelonnées au-delà de 10 ans.

Comme vous le voyez, ce service bancaire s’adapte particulièrement bien au besoin d’un étudiant et de sa famille. Le fait de pouvoir commencer à rembourser votre prêt une fois les études terminées est certainement l’aspect le plus attractif du crédit étudiant.

Les caractéristiques de l’emprunt.

A présent, voyons ce que la plupart des banques vont vous offrir en terme d’emprunt, de taux et de somme prêtée. Là encore, les formules proposées par les banques s’adaptent aux besoins des étudiants.

Tout d’abord, le TAEG du crédit étudiant est souvent inférieur au TAEG du prêt à la consommation traditionnel. Pour rappel, le TAEG est le Taux Annuel Effectif Global et il comprend : les intérêts + tous les frais liés au crédit. En d’autres termes, c’est ce qui détermine l’attraction d’une offre bancaire. Plus le TAEG est faible, mieux c’est pour votre porte-monnaie. Bien entendu, ce TAEG est réglementé par la loi, il existe un minimum et un maximum. Dans le cas du crédit étudiant, le TAEG rôde bien souvent autour de sa valeur minimum légale, c’est à dire 1 %. Toutefois les banques sont libres de fixer le TAEG de leur prêt, et on trouve également des prêts étudiants dont le TAEG tourne autour de 3,5 %. Pour que vous ayez un point de comparaison, le TAEG maximum ne dépasse pas les 5 %.

Généralement le crédit étudiant vous permet d’emprunter jusqu’à 75.000 €. Rarement au-delà de cette somme. Une fois le contrat signé, vous recevrez l’intégralité des fonds sous 72 h. Toutefois, les banques proposent bien souvent de débloquer les fonds de manière progressive. Il s’agit simplement d’une option qui vise à vous aider à mieux gérer votre budget. La plupart des banques offrent ce service de manière gratuite, mais certaines pourront vous commissionner une vingtaine d’euros par mois.

Obtenir un crédit étudiant : Calculez un estimatif de budget !

L’une des grandes interrogations liées au crédit étudiant est bien évidemment le calcul de son montant ! A moins que vous ayez un aîné qui soit déjà passé par là, ce n’est pas toujours évident de ce rendre compte de l’ampleur des dépenses auxquelles on s’apprête à faire face. Toutefois, la banque vous demandera plusieurs détails avant de vous proposer une formule adaptée. Et l’une des informations les plus importantes pour un organisme de prêt et bien c’est le montant de la somme que vous souhaitez emprunter !

Le coût de la vie étudiante selon les chiffres.

De nombreuses études s’attellent à la question du coût de la vie étudiante. Elles pointes toutes des dépenses qui sont au-dessus des moyens de la plupart des Français et cela, malgré les différentes aides proposées par l’Etat.

L’institut CSA Reaserch rapporte par exemple qu’en moyenne, le coût annuel de la vie étudiante s’élève à 7118 €. A cette occasion, 500 familles réparties dans tous l’hexagone ont été interrogées. Bien entendu, ce coût varie en fonction de l’établissement choisit. En ce sens, les étudiants inscrits dans des écoles privées assument une dépense annuelle moyenne de 10.234 €. Quant aux universitaires et aux étudiants en BTS, cette dépense est ramenée à 6672 € /an. Par ailleurs, l’étude confirme les forts écarts liés à la citée choisit, notamment entre Paris et les autres villes de France. A ce titre, le logement parisien revient en moyenne 3 fois plus cher que dans une autre région.

Quelques notions utiles pour calculer le montant d’un crédit étudiant.

Calculer le budget d'un prêt étudiant

Les frais d’inscription.

Comme nous le disions, les frais d’inscription varient selon le type d’établissement. L’option moins onéreuse est bien entendu de suivre un cursus universitaire. Dans ce cas c’est l’Etat qui prend en charge les frais, ceux-ci s’élèvent à 10.000 € / an / étudiant. Il vous restera à payer : 170 € pour une licence, 243 € pour un master et 380 € pour un doctorat. Pour le diplôme d’ingénieur, alors l’inscription annuelle revient à 610 €.En ce qui concerne les école privées ou semi-privées, la facture peut grimper jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Toutefois, les élèves d’écoles de commerce ou d’ingénieur privées bénéficient souvent d’offres avantageuses pour le crédit étudiant.

Le loyer et les services.

Le coût du loyer est la principale source de dépense de la vie étudiante. Si vous pouvez accéder à une chambre universitaire grâce au CROUS, alors le loyer vous revient entre 130 € et 350 €, selon le campus. Sinon, vous allez devoir passer par une agence immobilière. Comme vous le savez, le prix des loyers de Paris sont les plus élevés de France, ils sont compris entre 450 € et 800 €, pour une chambre. Tandis que dans le reste de l’hexagone, ils s’élèvent à 400 €, pour un petit appartement. Toutefois, les villes étudiantes principales sont aussi les villes les plus chères : Lyon, Nantes, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Grenoble et Strasbourg.

Pour réduire les coûts liés au loyer, pensez à la collocation. Il existe de nombreux sites spécialisés. De cette manière, non seulement vous réduisez le prix du loyer mais aussi celui des différents services ! Outre l’électricité,cous allez certainement avoir besoin d’internet ! Prévoyez un peu moins de 50 € / mois.

La vie quotidienne.

L’un des coût que vous devez prendre en compte dans le calcul de votre budget pour la demande de votre crédit étudiant est la nourriture. En effet, si vous allez quitter le foyer familial, alors vous allez commencer à faire vos propres courses. Ce coût varie en fonction de la ville dans laquelle vous allez étudier. Comme vous-vous en doutez, la capitale reste l’option la plus onéreuse. Mais comme nous l’avons vu, les autres villes étudiantes ne sont pas les plus économiques non plus. En moyenne, prévoyez entre 150 € et 300 €. Vous pouvez baisser ce coût si vous mangez dans le restaurant universitaire, le prix d’un repas complet ne dépasse pas les 4 €.

Par ailleurs, vous allez également devoir payer votre moyen de transport. La plupart des étudiants utilisent les transports en commun, c’est l’option la plus économique. D’ailleurs, toutes villes de France proposent des tarifs réduits pour les étudiants. En général, l’abonnement mensuel ne dépasse pas les 30 € mais cela va dépendre de la ville dans laquelle vous allez étudier.

Enfin, soyons honnête, pour beaucoup la vie étudiante est aussi synonyme de soirées et de sorties. Prévoyez donc une petite marge si vous ne voulez pas vous retrouver à manger des pâtes sans beurre tous les jours de la semaine.

5 conseils pour bien choisir son prêt étudiant.

Conseils pour obtenir un crédit étudiant

# 1. Démarchez plusieurs enseignes.

Une fois que vous avez une idée précise du montant dont vous avez besoin, vous allez pouvoir commencer vos recherches. Vous allez le voir, les offres ne manquent pas, tout comme les promotions d’ailleurs ! Il se peut que vous soyez tenté par l’option de facilité qui serait de vous diriger directement vers la banque de votre famille. Toutefois, nous vous conseillons de prendre le temps de bien comparer toutes les offres de crédit étudiant.

Il faut bien comprendre une chose : les banques adorent les étudiants. Cela peut paraître alambiqué, après tout un étudiant n’a pas de revenu. S’il n’est pas simple d’obtenir un crédit sans CDI, alors pour cela devrait-il l’être pour un étudiant ? Et bien tout simplement parce que les étudiants sont les investisseurs de demain ! C’est pour cela que les étudiants on autant d’avantages lié à l’emprunt d’argent. Cela s’appelle la fidélisation. Conscient de cela, n’hésitez pas à en profiter et écoutez attentivement toutes les offres que l’on vous propose. A priori, vous avez le choix.

Toutefois, tous les étudiants ne sont pas égaux face aux promotions des banques. Le traitement de faveur est d’autant plus vrai pour un étudiant en école de commerce. Les étudiants en faculté de philosophie, d’art ou de sciences sociales en général auront certainement plus de mal à faire valoir leur potentiel de futurs investisseur.

# 2. Prenez-y vous à l’avance !

Sans vouloir tomber dans le stéréotype de l’adolescent, beaucoup ont une fâcheuse tendance à procrastiner. C’est compréhensible, vous venez tout juste d’en finir avec le lycée, vous avez arpenté le Salon de l’Etudiant en long en large et en travers, vous-vous êtes heurté à la complexité de certains processus d’inscription … Bref, vous aimeriez enfin profiter de vos vacances. Et bien malheureusement, votre liste des choses à faire avant la rentrée ne s’arrête pas là ! Vous devez absolument vous occuper de votre crédit étudiant.

En effet, bien souvent, il faut verser les premières mensualités de l’inscription dès le mois d’Août. Et puis si vous prenez un appartement, dans la plupart des cas vous allez devoir verser au moins 2 mois de garantie. Cela sans parler de l’éventuel achat d’ouvrages et de matériel scolaire. En somme, les dépenses commencent bien avant la rentrée et vous pourriez avoir besoin de votre crédit étudiant plus tôt que ce que vous l’imaginez !

# 3. Renseignez-vous sur les différents partenariats.

Comme je vous le disais, pour les banques, vous êtes de futurs clients et elles n’hésitent pas à vous démarcher directement dans les établissements scolaires ! Cela est surtout vrai si vous comptez vous inscrire dans une école de commerce privée. Renseignez-vous auprès de l’administration de votre future école car bien souvent les banques offrent des tarifs préférentiels à ses partenaires. Gardez toutefois en tête notre conseil numéro 1 et démarchez le maximum de banques avant de prendre une décision.

Financer ses études

# 4. Informez-vous sur les autres produits de la banque.

Les banques se trompent rarement, si elles souhaitent vous attirer chez elles, c’est qu’elles savent qu’il est très probable que vous y restiez une fois que vous êtes dans la vie active. Et il y a fort à parier pour que ce soit effectivement le cas !

Profitez-en pour regarder l’ensemble des produits de la dite banque. Peut-être que vous envisagez dans un futur plus ou moins proche de vous acheter une voiture ? Une fois votre crédit étudiant remboursé, vous penserez peut-être investir dans l’immobilier et vous acheter un appartement. Ou peut-être que vous avez l’esprit d’un entrepreneur et que vous aurez besoin de faire un prêt pour vos projets professionnels à venir…. Nul besoin d’avoir une idée très précise de ce sera votre vie d’ici 5 ans, toutefois, jetez-y un œil, cela peut faire pencher la balance en faveur d’une banque ou de l’autre.

Pensez également à demander quels sont les services offerts à l’international. Aujourd’hui la plupart des cursus supérieurs permettent de faire une partie de vos études à l’étranger. Que ce soit via le programme ERASMUS ou à travers des partenariats entre les écoles ou même des stages à l’étranger. Si vous restez dans l’Union Européenne, vous ne devriez pas avoir de problème. Toutefois si vous avez l’âme d’un aventurier vous allez avoir besoin d’une banque qui vous accompagne là où vous irez.

# 5. Préparez votre dossier de demande de crédit étudiant avec soin !

Attention, bien qu’il existe un « droit au compte » il n’existe pas de « droit au prêt » ! Autrement dit, les banques ne sont pas obligées d’accepter votre candidature. S’il est vrai qu’elles auront tendance à accueillir bras ouvert les étudiants, cela ne signifie pas qu’il faille se rendre aux rendez-vous sans rien avoir préparé ! Les banques cherchent de futurs clients responsables ! Pour cela montrer que vous êtes un jeune adulte mature, ayez toutes les réponses aux questions qui vous seront posées :

  • Le montant de la somme que vous souhaitez emprunter. Comme nous l’avons vu, c’est la première chose que la banque vous demandera. Ce type de prêt est non-affecté donc vous n’aurez pas besoin de justifier son emploi. Toutefois, plus vous avez d’éléments qui appuient votre estimation, mieux c’est.
  • La durée de vos études et la durée du remboursement. Réfléchissez à l’option du remboursement en différé. Si vous souhaitez commencer à rembourser le plus tôt possible ou si vous remboursez l’intégralité du prêt une fois vos études terminées.
  • Ayez tous les documents nécessaires : votre justificatif de scolarité, une pièce d’identité, mais aussi le relevé de compte de vos parents ou de votre garant.
  • Dans certains cas, la banque peut vous exiger une garantie supplémentaire, comme une assurance. La plupart du temps celle-ci vous proposera sa propre assurance, toutefois vous êtes libre de choisir celle que vous souhaitez. Pensez à regarder plusieurs offres afin de pouvoir faire votre choix en connaissance de cause.

Crédit étudiant : que faire en cas de difficultés ?

Comme je vous le disais à l’instant, les banques ne sont pas obligées d’accepter votre dossier. Il peut arriver que vous ne remplissiez pas toutes les conditions nécessaires. Toutefois, il existe quelques recours pour les étudiants qui ont des difficultés à obtenir un crédit étudiant.

La principale cause de refus de dossier est l’absence de garants. En effet, il se peut que personne de votre famille ne puisse se porter caution. Dans ce cas, vous pouvez avoir recours au prêt étudiant garanti par l’Etat. Comme son nom l’indique, c’est l’Etat qui se porte garant de cotre crédit étudiant. En cas de défaillance de paiement, la banque percevra 70% du montant emprunté. Ce montant ne peut cependant pas dépasser les 15.000 €. Cette solution ne vous garantie pas forcément le crédit étudiant puisque les banques peuvent tout de même refuser votre dossier. Cependant, vous avez bien plus de chances d’obtenir un prêt de cette façon que sans aucun garant.

Si vous n’obtenez aucun crédit étudiant, nous vous conseillons de vous renseigner sur le micro-crédit social. Encore une fois, il s’agit d’une aide de l’Etat. Ce type de prêt est accordé aux personnes qui sont exclues du système bancaire. Vous ne pourrez emprunter que 5000 €, toutefois vous bénéficierez de taux préférentiels ainsi que d’un accompagnement personnel. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire notre article détaillé sur le microcrédit social. D’autres part, n’oubliez pas de vous renseignez auprès des différentes associations d’aide aux étudiants. Pensez également aux différentes bourses, ainsi qu’aux aides au logement.