Un crédit en étant interdit bancaire : emprunter de l’argent pour les fichés Banque de France

L’interdiction bancaire peut être le début d’une décadence financière et pour éviter cela, nombreux sont ceux qui souhaitent souscrire un prêt pour interdit bancaire. Le problème, c’est que l’inscription sur les registres de la Banque de France représente un handicap de taille au moment de présenter un dossier de demande de prêt.

Toutefois, nous allons voir qu’il est possible d’obtenir un crédit, même lorsque l’on est interdit bancaire. Il existe en effet d’autres moyens de garantir la solvabilité, tout comme il existe des organismes de crédit pour interdit bancaire.

Interdit bancaire : qu’est-ce que ça signifie ?

Avant de nous pencher sur le cas du crédit pour interdit bancaire, rappelons brièvement ce que cela signifie.

L’interdiction bancaire est une sanction émise par la banque ou un juge suite à l’émission de chèques sans provision. Cette sanction est effective pour tous les comptes de la personne, même si ceux-ci se trouvent hébergés dans un autre établissement financier. De ce fait, l’interdit bancaire est fiché dans les registres de la Banque de France.

  • Le FCC, pour Fichier Central des Chèques. Les établissements bancaires, les autorités judiciaires ainsi que la commission de surendettement, sont autorisés à consulter ce registre.
  • Le FNCI, pour Fichier National des Chèques Irréguliers. Cette base de données est notamment accessible par les commerçants. Grâce à un système de lecture magnétique, il est possible de connaître l’état du compte émetteur du chèque, s’il est irrégulier ou faisant l’objet d’une opposition.
prêt pour interdit bancaire

Comme je vous le disais en introduction, l’inscription sur les registres de la Banque de France constitue le principal frein à l’heure d’obtenir un prêt pour interdit bancaire. Si la personne concernée ne régularise pas le paiement de ses dettes, alors elle demeure inscrite sur ces registres pendant une durée de 5 ans.

En plus de ce fichage, les moyens de paiement seront restreints aux services de bases, conformément à la loi. Cela signifie que le compte ne sera pas clôturé et il pourra continuer à déposer des chèques et à retirer des espèces. Toutefois, il ne pourra plus émettre de chèques et ses cartes bancaires seront mises en opposition.  

Attention Attention
Si le client ne respecte pas les termes de sa nouvelle situation alors il s’expose à des sanctions pénales.

Le crédit pour interdit bancaire : c’est possible ?

Comme vous le savez, tout crédit est encadré par la loi et même si tout le monde peut faire une demande de prêt, la banque est libre d’accepter ou non le dossier de l’emprunteur. Le but de la législation étant d’endiguer le surendettement, les établissements financiers sont tenus de vérifier la solvabilité de l’emprunteur.

C’est pour cela qu’il est difficile d’obtenir un prêt sous CDD et que le crédit sans justificatif de revenus n’existe pas. Voyons les options qui s’offrent à l’interdit bancaire qui a besoin d’un crédit.

Le crédit hypothécaire.

Vous l’aurez compris, pour pouvoir obtenir un crédit lorsque l’on est interdit bancaire, il faut monter un dossier solide. Pour cela, il s’agit de présenter des garanties de remboursement qui feront contrepoids avec le profil du mauvais payeur que l’on associe aux interdits bancaires.

Dans le cas où l’interdit bancaire soit propriétaire d’un bien immobilier, alors il peut recourir au crédit hypothécaire. Concrètement, cela signifie que l’emprunteur garantie le remboursement de son prêt par son bien, lequel deviendra la propriété de la banque en cas de non-paiement. Ce type de garantie est l’une des plus stables aux yeux de la banque et les chances d’obtenir un crédit, même en étant interdit bancaire sont importantes.

Une fois accepté, le crédit hypothécaire permet au bénéficiaire de disposer de l’argent comme bon lui semble, comme il le ferait dans le cas d’un prêt personnel. Toutefois attention, hypothéquer un bien immobilier n’est pas anodin. Surtout s’il s’agit de la résidence principale.

Note Note
Le crédit hypothécaire est la cause principale de la crise financière de 2007 à 2010 où plusieurs sociétés de crédit au logement ont fait faillite suite à la dévalorisation du marché de l’immobilier.

Le rachat de crédit.

La plupart du temps, qui s’expose à l’interdiction bancaire n’est pas propriétaire d’un bien immobilier et ne pourra donc pas avoir recours au crédit hypothécaire. Dans ce cas, tant qu’il figure sur les registres de la Banque de France alors la demande de crédit sera compliquée.

Toutefois, il existe un moyen de régulariser une situation financière trop lourde, en faisant une demande de rachat de crédit. Concrètement, cela revient à substituer plusieurs dettes à court terme pour une seule dette sur le long terme. L’avantage est que les mensualités seront moins importantes, puisque la durée de remboursement sera prolongée.

Il ne s’agit pas d’un crédit pour interdit bancaire à proprement parler, toutefois cette alternative permet d’alléger les charges et donc d’augmenter la part allouée aux dépenses autres que celles du remboursement de dettes.

Le crédit renouvelable.

Enfin, dernier type de crédit auquel un interdit bancaire peut prétendre : le crédit renouvelable. Il ne sera certainement pas accepté par la banque mais peut éventuellement l’être par une grande enseigne.

En effet on trouve ce type de prêt dans les magasins qui proposent de régler les achats à crédit. Il s’agit souvent de supermarchés, mais de nombreuses enseignes d’électroménager proposent également cette option. Les conditions d’octroi étant généralement flexibles, il s’agit de l’une des alternatives les plus prisées par les interdits bancaires.

Concrètement, le crédit renouvelable met à disposition de l’emprunteur une certaine somme d’argent, laquelle ne sera toutefois jamais supérieure à 3000 €. Chaque fois qu’il pioche dans cette réserve, il est soumis à des échéances de remboursement ainsi qu’à un taux d’intérêt. On dit que ce crédit est renouvelable car ce remboursement permet de reconstituer le capital de départ, lequel peut de nouveau être utilisé.

Mais il faut faire attention car derrière ce système alléchant se cache un risque de surendettement important. En effet ce type de crédit demande une très bonne gestion de budget. En effet, en cas d’impayé, le taux d’intérêt appliqué est très élevé.

Attention Attention
Selon une étude menée par la Banque de France, le crédit renouvelable est la cause de 82% des cas de surendettement.

Les organismes de financement de crédit pour interdit bancaire.

Il existe d’autres façons d’obtenir un crédit lorsque l’on est interdit bancaire. Elles sont moins conventionnelles et pas toujours en adéquation avec le besoin de l’emprunteur. Mais elles en cas de besoin, ces alternatives sont à prendre en compte.

Les prêteurs sur gage.

Parmi les organismes de financement de crédit pour interdit bancaire on trouve le prêteur sur gage. Le principe est simple : l’emprunteur laisse un bien en garantie du remboursement du prêt qu’il pourra alors récupérer. Attention, cette garantie ne peut pas être formulée en liquidité, sous forme d’apport. Cette pratique est frauduleuse et cache très souvent une arnaque.

Le mini-prêt.

Ce type de crédit présente deux avantages principaux : il est accessible sous 24h et les conditions d’octroi sont nulles. Toutefois, l’emprunteur ne peut obtenir plus de 200 €. En effet, il s’agit du montant minimum à partir duquel la loi règlement le crédit. Le mini-prêt urgent peut s’avérer pratique en cas de besoin extrême, mais les taux d’intérêt pratiqués sont souvent exorbitants.

Le prêt entre particuliers.

Les personnes qui sont exclues du système bancaire peuvent recourir au prêt entre particulier. Comme son nom l’indique, ici aucun établissement financier n’intervient, si ce n’est la plateforme qui met en relation emprunteurs et prêteurs. Cette alternative est intéressante dans le sens où un particulier sera généralement moins exigeant quant aux garanties de remboursement. Toutefois, pour s’assurer l’obtention du crédit, l’interdit bancaire doit monter un dossier solide.

Note Note
Vérifiez que la plateforme de prêt entre particulier soit légitime. Celle-ci doit figurer dans les registres de l’ORIAS.

Les institutions publiques et les associations.

Enfin, dernier recours pour l’interdit bancaire qui souhaite obtenir un crédit : les différentes institutions et associations publiques.

  • La Caisse d’Allocation Familiale octroie des prêts aux allocataires en situation d’interdiction bancaire. Aucune condition de ressources n’est demandée, toutefois le dossier sera traité en fonction de l’urgence du cas.
  • La Croix Rouge peut éventuellement accorder un crédit à l’interdit bancaire, si sa situation le requiert.
  • L’ADIE pour Association pour le Droit à l’Initiative Economique. Cet organisme prête de l’argent aux personnes en difficulté financières qui souhaitent créer leur propre entreprise.

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, l’interdit bancaire dispose de certaines alternatives pour accéder à un crédit. Toutefois la meilleure option reste de régulariser au plus vite la situation.